The news is by your side.

Coopération : Donald Trump envisage de suspendre le Cameroun de l’AGOA

53

L’axe Yaoundé-Washington ne se porte pas bien depuis ce 31 octobre 2019. Le président Donald Trump a décidé de suspendre les avantages commerciaux du Cameroun dans le cadre de l’AGOA.
En effet le Président américain a écrit au Congrès Américain pour leur signifier de son intention d’écarter le Cameroun des avantages économiques de l’AGOA. La raison avancée est la violation des droits de l’homme. « Je prends cette mesure parce que j’ai déterminé que le Gouvernement camerounais s’est rendu coupable de violations flagrantes des droits de l’homme internationalement reconnus, en violation des conditions d’éligibilité énoncées à l’article 104 de la Loi sur les agglomérations et dans les agglomérations », a écrit Donald Trump.
« Malgré un engagement intensif entre les États-Unis et le gouvernement du Cameroun, le Cameroun n’a pas répondu aux préoccupations concernant les violations persistantes des droits de l’homme commises par les forces de sécurité camerounaises. Ces violations comprennent des exécutions extrajudiciaires, des détentions arbitraires et illégales et des actes de torture », précise le Patron de l’Exécutif des Etats-Unis.
Dans un communiqué rendu publique par l’Ambassade des USA à Yaoundé, l’Ambassadeur souligne que « L’engagement des États-Unis envers le Cameroun demeure fort malgré le changement de statut de l’AGOA ».
Avant le Cameroun, Donald Trump a sanctionné d’autres pays africains à l’instar du Zimbabwé.
Ci-dessous, le communiqué de l’Ambassade des USA et la correspondance de Trump au Congrès Américain.
COMMUNIQUE DE PRESSE
L’engagement des États-Unis envers le Cameroun demeure fort malgré le changement de statut de l’AGOA

Jeudi 31 octobre 2019
Aujourd’hui, le président Donald Trump a informé le gouvernement de la République du Cameroun de son intention de mettre fin aux avantages commerciaux du Cameroun sous la loi sur la Croissance et les Opportunités de Développement en Afrique (AGOA) à compter du 1er janvier 2020.
Conformément à la loi américaine, les pays bénéficiaires des avantages de l’AGOA sont soumis à des examens réguliers afin d’évaluer les critères établis par le Congrès américain dans la loi qui a mis en place l’AGOA. Après ce processus d’examen complet, le président a trouvé le Cameroun non conforme aux critères d’éligibilité à l’AGOA en raison de son implication dans les violations flagrantes des droits de l’homme reconnus internationalement. Le président peut réintégrer le Cameroun en tant que pays bénéficiaire de l’AGOA, lorsqu’il remplira à nouveau les critères et nous restons déterminés à travailler avec le Cameroun pour le faire.
En 2018, le Cameroun a exporté approximativement 220 millions de dollars en biens et services vers les États-Unis. 63 millions de dollars de ces exportations l’ont été au titre de l’AGOA dont plus de 90% sous forme de pétrole brut. Les États-Unis sont un partenaire et un ami engagé du Cameroun et nous allons continuer à poursuivre les liens commerciaux robustes et diversifiés en travaillant avec d’autres outils en notre possession pour la réalisation du potentiel énorme de cette relation au bénéfice de notre prospérité mutuelle et notre croissance économique.
Correspondance de Trump.
AU CONGRES DES ETATS-UNIS :

Conformément à la section 506A (a) (3) (B) de la loi de 1974 sur le commerce, telle que modifiée (19 USC 2466a (a) (3) (B)), je vous notifie mon intention de mettre fin à la désignation de la République du Cameroun (Cameroun) en tant que pays bénéficiaire de l’Afrique subsaharienne au sens de la loi sur la croissance et les perspectives économiques en Afrique (AGOA).
Je prends cette mesure parce que j’ai déterminé que le Gouvernement camerounais s’est rendu coupable de violations flagrantes des droits de l’homme internationalement reconnus, en violation des conditions d’éligibilité énoncées à l’article 104 de la Loi sur les agglomérations et dans les agglomérations.
Malgré un engagement intensif entre les États-Unis et le gouvernement du Cameroun, le Cameroun n’a pas répondu aux préoccupations concernant les violations persistantes des droits de l’homme commises par les forces de sécurité camerounaises. Ces violations comprennent des exécutions extrajudiciaires, des détentions arbitraires et illégales et des actes de torture.
En conséquence, j’ai l’intention de mettre fin à la désignation du Cameroun en tant que pays d’Afrique subsaharienne bénéficiaire au titre de l’AGOA à compter du 1er janvier 2020. Je continuerai d’évaluer si le Gouvernement camerounais commet des violations flagrantes des droits de l’homme internationalement reconnus, conformément avec les conditions d’éligibilité à l’AGOA.
DONALD J. TRUMP
LA MAISON BLANCHE,
le 31 octobre 2019.
Par Francois Gaël Mbala/ Cameroun

Les commentaires sont fermés.