The news is by your side.

Éditorial : Haïtiens de partout, revoltez-vous!

81

Quand l’intelligence d’un peuple est insultée, quand à la place de la nourriture à sa faim, on lui offre de la pierre, du sang et des cadavres, la révolte est le seul choix qui lui reste.
« Je ne laisserai pas le pays aux mains des gangs armés et des trafiquants de drogue », tel a été le discours du Chef de l’État, Jovenel Moïse, lors de sa dernière adresse à la nation. Comme quoi, le pays n’a jamais été aux mains de ces voyous qui se rencontrent chaque jour dans les couloirs du pouvoir. Ceux qui sont au palais national et dans les hautes institutions nationales qui financent les exécutions et massacres ne sont pas moins coupables des mêmes crimes que les gangsters de grand chemin.
Ce qui est en train de se produire en Haïti aujourd’hui, qui se produisait hier d’ailleurs, laisse apparaître une réelle connivence entre des gangs armés qui ont déjà mis le pays sous leur couple réglée et des parlementaires va-nu-pieds et sans vergogne. Ce qui se passe à Petite-Rivière de l’Artibonite, à Carrefour-Feuilles et autres recoins du pays sont assez illustratifs de la tragédie que vit la population sans défense face au terrorisme d’Etat en collusion avec des bandits notoires.
Peuple affamé, matyrisé et insulté, c’est le moment de vous revolter contre ce cercle infernal du chaos et de la descente aux enfers. Ne laissez plus tranquille les bandes de copain du bord de mer de Port-au-Prince qui se payent tout à vos frais alors que vous croupissez dans la misère, travaillez pour des salaires de crève-la-faim et faîtes face chaque jour à l’insécurité. Vous avez su résister à la dictature sanguinaire des Duvalier, allons affronter maintenant ces salopards qui violent nos filles, tuent nos fils, nos frères et nos sÅ“urs.
Descendons dans les rues, marchons contre l’impunité et le terrorisme d’État. C’est inadmissible qu’un sénateur de la République pense normal d’être en contact régulier avec un bandit très recherché par la police. C’est plus qu’un insulte à l’intelligence humaine.
Si aujourd’hui nous nous revoltons pas contre ces voyous, nous allons enterrer tous nos fils, pleurer tous nos amis. Ils sèment le deuil en notre sein, empêchez-les de dormir tranquillement.
Haïtiens de partout, revoltez-vous contre le banditisme, l’immoralité, le terrorisme d’État, le voyeurisme et tout ce qui va avec. Haïti est aussi le nôtre !

Israël JEUNE
www.labreve.info

Les commentaires sont fermés.