The news is by your side.

Haïti / Société : Confinement en Haïti et les mouvements de solidarité : analyse de certains challenges

370

Face à chaque situation d’instabilité, nous, hommes et femmes, essayons toujours ou presqu‘en général de trouver des moyens adéquats pour y résister sans être tombés dans le vide. Ces moyens, sont pour la plupart, une sorte de thérapie, les empêchant de sombrer dans le désespoir et dans un état de stress intense.
L’ère est au confinement ce que la chaleur de l’été Le nouveau coronavirus nous laisse sans voie et voix, sinon un confinement qui s’empare de notre quotidien, nous trouble et nous impose de nouvelles habitudes. Il y a déjà 7 semaines que nous sommes forcés de rester chez nous, coupés de toutes nos activités. Une situation stressante rien qu’en la pensant, mais qui nous est devenue bien réelle.
Pour y faire face, des groupes inconnus/anonymes lancent des mouvements/challenges en vue de gagner du maximum que possible du temps de chacun, de nous enfermés-es sans savoir quand cela va se terminer. Ils ont chacun, pour leur part une visée propre. Certains cherchent à divertir, d’autres à l’initiation à un domaine quelconque : lecture, écriture et autres, d’autres cherchent aussi les deux à la fois.
Nous sommes amenés, à travers cet article, à faire une analyse de quatre (4) des différents challenges lancés pendant le confinement de par leur implication dans la vie des confinés-es et qui ont regroupé plus de participants-es sur les réseaux sociaux les plus populaires en Haïti.
Qu’est-ce qu’il y a de plus amusant que de découvrir des secrets venant des amis-es dont leur identité reste anonyme?
Tel a été un des premiers challenges qui tentait de mettre le sourire, des rires aux éclats et éveiller la curiosité de tous et toutes les participants-es ou presque. À voir certaines captures d’écrans, les messages ont été, pour une grande partie en provenance des femmes et filles, vers les désirs sexuels comme s’il n’y avait que cela à dévoiler à quelqu’un. Mais une dynamique qui semble avoir plu aux challengers.
Il faut découvrir un pays, sa capitale, superficie, habitants et le nom de son actuel dirigeant rien qu’en choisissant la deuxième lettre de votre prénom. Ou de nommer un pays ainsi que sa capitale avec chaque lettre de votre prénom. Un challenge qui vise à élargir la connaissance et la culture générale des participants. Simple mais efficace.
Nous ne sommes pas des photographes, moins encore des retoucheurs d’images. Une image tous les jours pendant dix (10) jours en noir et blanc, sans explication, sans commentaires. Nous sommes donc au troisième challenge, qui, malgré enfermés dans notre petite maison nous aidant à ajouter un peu de piment dans notre quotidien en essayant de vendre des images de ce qui nous entoure sans être appelés à donner une explication. À chaque image postée, l’on doit hashtaguer quelqu’un d’autre en signe d’invitation à y prendre part. Celui-ci doit suivre les mêmes procédés et ainsi de suite.
Nous avons, soit dans le cadre d’une activité éducative, soit dans un autre contexte, lu au moins un roman, un poème, fiction ou un livre quelconque. Ce challenge suit les mêmes conditions que le troisième mais avec des particularités propres. Il faut publier la première couverture de dix (10) de vos livres préférés, un par jour sans explication et sans commentaire, juste la couverture. Pour chaque poste, on identifie quelqu’un à prendre le relai.
Des challenges, bien différents dans leurs contenus que dans leurs visés, sont connus pour ces aspects de distraction aux participants-es.


Francky SAINT-FLEUR

Les commentaires sont fermés.