The news is by your side.

Haiti / Société : Covid-19 ; entre le déni et la peur.

116

Nous sommes à l’heure d’une crise sanitaire mondiale où les termes de “Confinement, quarantaine et isolement ” nous sont devenus les plus familiers. Tout ceci, lié à la crise causée par le nouveau coronavirus (COVID-19), inonde notre quotidien à un point tel qu’il nous est difficile de s’en passer. Déjà l’idée seule d’être enfermé chez soi, nous est difficile à concevoir sans pouvoir prendre part à nos activités habituelles. Pire encore, est de ne pas pouvoir être avec ceux et celles qui nous sont proches entre ; famille et amis.

Face à cette crise en Haïti.

Les autorités étatiques et sanitaires ont, comme pour la quasi-totalité des autres pays touchés par la crise, pris le devoir d’adopter des mesures strictes qui certainement non pas été appréciées en grande partie par certains et pour d’autres ils n’avaient pas d’autres alternatives que de se replier face à celles-ci. Les mesures varient d’un pays à un autre sur un seul intérêt commun des autorités que d’empêcher d’éventuels risques de propagation à une plus grande échelle de ce virus mortel.
Dépassant plus de 3,500,000 cas d’infection à travers le monde parmi eux plus de 248,000 décès. Ces chiffres ne permettent pas de sous-estimés l’ampleur réelle de la crise sanitaire planétaire pour cités le nombre de personnes qui ont passé de vie à trépas durant les six (6) mois de son apparition en Chine, principalement à Wuhan.
Ces mesures ne sont pas moins sujettes à un rejet total de la part de la population ayant haine et méfiance envers les dirigeants ; les discours vont jusqu’à invalider l’idée faisant croire que le virus est réellement en Haïti. Ce qui est, pour ma part, une idée infondée puisqu’elle ne se base sur aucunes données justificatives.
Entre-les données/bilan quotidien des autres pays déjà touchés par rapport à nous autres et la mauvaise gouvernance des autorités (propagande, mensonges et manipulation), la population se trouve dans un trou noir. Elle refuse d’y croire que nous, un mois et 12 jours après l’annonce officielle d’avoir recensé les deux premiers cas, sommes encore à moins de cent cas.
Un refus qui cherche sa validité dans le fait que l’OPS (organisation panaméricaine de la santé) avait annoncé qu’elle dispose d’un fond de 62 millions pour les pays de la caraïbe en vue de les aider à faire face à la crise. Ce qui sous-tend que les autorités ont inventé des pièces toutes faites sur le COVID-19 pour avoir les fonds. Mais, la population nie-t-elle l’existence du COVID-19 en Haïti ou est-elle laissée à elle-même face à la crise?
Si les pays dits développés avec un système de santé aux pointes de la technologie se disent être incapable de gérer la crise, qu’en est-il de nous-mêmes en Haïti? N’est-ce pas normal de mourir de peur ou de tout rejeter d’un revêt de main? Si en temps normal, les hôpitaux se disent ne pas avoir assez de place pour recevoir des patients, quelle serait notre sort face à la puissance du COVID-19 dans les prochains jours ?

Francky SAINT-FLEUR

Les commentaires sont fermés.