The news is by your side.

Agriculture verticale : une réponse aux défis de la raréfaction des terres arables et des changements climatiques

0 188

L’agriculture est l’un des piliers de l’économie mondiale, mais elle est confrontée à des défis croissants tels que la raréfaction des terres arables et les changements climatiques. Pour faire face à ces défis, de nombreux pays ont opté pour des méthodes alternatives, comme l’agriculture verticale, qui permet de cultiver des produits en utilisant moins d’espace et de ressources.

Dans cet article, nous allons explorer trois pays qui ont réussi dans ce domaine et examiner les méthodes qu’ils ont utilisées pour y parvenir. Nous allons également discuter de la pertinence de ces méthodes pour Haïti, un pays qui doit faire face à des défis économiques et environnementaux considérables.

A. Les Pays-Bas

Ferme verticale en Hollande

Les Pays-Bas sont l’un des leaders mondiaux de l’agriculture verticale. Il est en tête dans le domaine de la culture de légumes et de fruits en serre, grâce à une technologie innovante. Les serres utilisent de la lumière artificielle, des systèmes de ventilation sophistiqués et des techniques de contrôle climatique pour optimiser la croissance des plantes.

Les serres aux Pays-Bas permettent d’obtenir des rendements élevés avec une utilisation minimale d’eau et de pesticides, et la production peut se faire toute l’année. En 2019, les exportations agricoles des Pays-Bas ont atteint un chiffre record de 94,5 milliards d’euros, en grande partie grâce à l’agriculture verticale.

B. Singapour

Singapour est un autre pays qui a réussi dans l’agriculture verticale. Étant donné que l’espace est limité à Singapour, les autorités ont opté pour la culture de légumes dans des bâtiments de grande hauteur. Les agriculteurs singapouriens utilisent des méthodes innovantes telles que l’aquaponie, qui combine la culture de plantes et l’élevage de poissons pour maximiser l’utilisation de l’eau.

Singapour a également développé des technologies pour la culture de plantes dans des environnements climatiquement contrôlés, tels que des LED pour la croissance des plantes, des systèmes de contrôle de l’humidité et de la température, et des technologies de purification de l’air pour assurer la qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments.

C. Le Japon 

Ferme verticale au Japon

Le Japon un pays, qui manque d’espace pour l’agriculture traditionnelle, est devenu un leader dans l’agriculture verticale. En 2017, le Japon avait plus de 200 fermes verticales, avec une superficie totale de production de plus de 16 000 mètres carrés. Le pays utilise des technologies avancées telles que la lumière artificielle, la culture hydroponique et la robotique pour augmenter la productivité et réduire les coûts. Les fermes verticales japonaises sont capables de produire jusqu’à 100 fois plus de nourriture par unité de 

Les Pays-Bas le Singapour et le Japon ont choisi l’agriculture verticale pour répondre à des besoins spécifiques liés à leur contexte géographique et économique. Les Pays-Bas, par exemple, ont une superficie limitée pour la culture, tandis que Singapour doit importer une grande partie de ses aliments en raison de la rareté des terres agricoles. Le Japon utilise cette méthode pour répondre aux défis liés à la limitation de l’espace, à la sécurité alimentaire et à la durabilité environnementale. L’agriculture verticale leur permet de produire des aliments localement et de manière durable.

En comparaison, Haïti dispose d’un secteur agricole relativement peu développé et est confronté à des défis majeurs tels que la faible productivité, les conditions climatiques difficiles et les terres limitées. Cependant, cette technique pourrait offrir une solution pour surmonter ces défis et améliorer la production alimentaire. Les initiatives de ce type commencent à émerger en Haïti, comme la ferme verticale de Kenscoff, qui utilise des techniques hydroponiques pour cultiver des légumes frais en milieu urbain.

En conclusion, l’agriculture verticale est une méthode novatrice et prometteuse de production alimentaire qui est en train de se développer dans le monde entier. Les exemples de réussite de Singapour, des Pays-Bas et du Japon montrent que cette méthode peut être rentable, durable et efficace. Cette approche pourrait aider à surmonter les défis actuels et contribuer à la sécurité alimentaire de la population. Cependant, il faudra des investissements significatifs pour développer cette industrie et surmonter les obstacles logistiques et économiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.