The news is by your side.

Santé: Prise en charge des morsures humaines

48

La prise en charge des morsures humaines associe des soins locaux, éventuellement immunisation contre le tétanos et peut nécessiter l’administration d’antibiotiques.
Parmi les morsures humaines, celles au niveau des mains s’infectent le plus souvent. Il peut également s’agir de lésions lors d’un coup de poing sur la bouche.
Les germes aérobies (micro-organismes qui se développent en présence d’oxygène) les plus fréquents sont les streptocoques et S. aureus. Des germes Gram-négatif et des germes anaérobies (micro-organismes qui peuvent se développer en absence d’oxygène) se retrouvent plus souvent dans les morsures humaines que dans celles d’origine animale.
TRAITEMENT LOCAL
Rinçage immédiat et abondant à l’eau, nettoyage de la plaie, désinfection (le fait de nettoyer la plaie permet d’enlever certains germes mais la meilleure désinfection serait l’utilisation des produits désinfectants pouvant tuer les germes), débridement (nettoyage d’une plaie ouverte en ôtant les corps étrangers et les tissus morts).
Les plaies au niveau des mains ne seront de préférence pas refermées.
TETANOS
Les morsures humaines, comme les morsures animales, comportent un risque élevé de tétanos.
Une vérification du statut vaccinal doit être faite ou une immunisation immédiate (donner le vaccin) doit être proposé en cas de doute.
TRANSMISSION DE MALADIES.
Les morsures humaines peuvent provoquer la transmission de certaines maladies telles l’actinomycose, la syphilis, la tuberculose, l’herpès, l’hépatite B et C, et le VIH.
Bien que chez 44 % des patients infectés par le VIH, le virus soit secrété à un moment donné ou l’autre dans la salive, le risque de transmission du VIH suite à une morsure humaine reste peu élevé, pour autant qu’il n’y ait pas eu de contact avec le sang de la personne séropositive.
LES ANTIBIOTIQUES
Un traitement antibiotique est indiqué en cas de signes d’infection, et un traitement prophylactique (en avance, sans signes d’infections) ne doit pas être instauré de manière systématique (automatiquement) mais n’est nécessaire que dans certaines situations à risque telles morsures au niveau des mains, lésions perforantes, plaies datant de plus de 8 heures ou plaies chez certaines personnes à risque élevé (par ex. patients diabétiques ou immunodéprimés).
La Santé au Rythme

 
 

Les commentaires sont fermés.