The news is by your side.

Sauver l’année scolaire des enfants du Bel-Air et des autres quartiers précaires, le CPD lance un cri auprès des autorités

0 192

L’organisation Combite pour la Paix et le Développement (CPD) lance un cri d’alarme auprès des autorités  étatiques et à tout faire afin de sauver l’année scolaire des enfants issus des familles défavorisées qui vivent dans les quartiers défavorisés et précaires.

 Vu l’Etat d’urgence sanitaire dû à la pandémie  dans le pays, quatre mois plus tard un nouveau calendrier scolaire a été adopté et publié par le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle. Cependant, seulement les écoles privées des quartiers sécurisés ont pu ouvrir; les écoles publiques ainsi que les écoles privées des quartiers précaires demeurent inaccessibles. D’un côté les professeurs des écoles publiques sont en grève, réclamant de meilleures conditions de travail ; de l’autre cotée, les quartiers de la saline, Cité-Soleil, Bel-Air, Matissant, Pont Rouge, Grand –Ravine, Rue St Martin sont aux prises aux violences quotidiennes des groupes armés qui terrorisent la population sous la complicité de la police nationale» lit on dans cette note. 

 « Plutôt d’aller à l’école, les enfants sont témoins et victimes des forfaits des bandes armées. Nombreux sont les élèves, avec leurs parents, qui se sont refugiés dans d’autres quartiers afin de fuir les violences armées à répétions» dénonce la note.

Le Combite pour la Paix et le Développement (CPD), invite les dirigeants à sortir de leur silence afin d’apporter des solutions rapides pour faciliter l’accès de tous les enfants à l’école. L’école à double vitesse est un malheur qui risque d’emporter la nation haïtienne en créant des frères ennemis obligés de cohabiter dans un même espace. 

En ce sens, le CPD rappelle que le droit à l’éducation est un garanti constitutionnel, qui incombe à l’Etat de protéger et de respecter. C’est aussi un droit transversal qui ouvre la voie à d’autres droits. L’un des principes fondateurs du pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels dont Haïti est signataire c’est l’accessibilité.

Pour cela, CPD propose de :

1. Négocier rapidement une solution de sortie de crise avec les enseignants des écoles publiques ;

2. Faciliter aux directeurs des écoles privées des quartiers précaires de conclure des partenariats avec d’autres écoles dans les zones sécurisées afin de permettre aux élèves de suivre des cours dans ces écoles.

3. Ordonner aux écoles publiques et privés d’accueillir les élèves issus des zones de violences.  

4. Mettre en places un programme psycho-social dans les écoles accueillant les élèves issus des zones de violence.

5. Garantir un climat de paix et sécuritaire pour que les déplacés de la violence de Bel-Air, de Pont rouge, de la saline et cité soleil, puissent retourner dans leur quartier respectifs.

6. Reconstruction des maisons incendiées à Bel-Air.

7. Mettre les moyens logistiques et financiers à la disposition des écoles de Cité Soleil, de La saline, de Pont Rouge, de Martissant, de grand ravine.

La Brève Info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.