The news is by your side.

Diplomatie: À l'OEA, Haïti entre la raison et la morale

49

L’histoire est un perpetuel recommencement disait Thucydide.
Les faits sont bien souvent similaires.
En guise de rappel, 1962 Haïti a participé au processus aboutissant à l’éjection de Cuba de l’OEA, puis quelques années après ce dernier devint l’un de nos plus fidèles frères au point de nous gratifier en bonne partie des meilleurs cadres de nos centres médicaux.
Toutes fautes sont réparables mais la constance de nos erreurs est impardonnable.
1962 a été la date marquante d’une faute commise envers nos frères Cubains. Par contre en 2017, il a fallu à Haïti l’occassion de se racheter en disant non à toutes formes de sanctions contre le Vénézuela à l’OEA.
Face à un dilemme survenu une fois de plus de par l’itération de l’Histoire des faits des relations internationales, Haïti se trouvait encore dans le collimateur des américains, donc devait s’assumer.
D’aucuns souhaiteraient constater à nouveau une Haïti radicale dans sa décision à l’OEA, tel a été le cas au cours de sa récente position en faveur du Vénézuela en 2017, sans pouvoir se rendre compte que la diplomatie et le sensationnel ne font pas bon ménage. La dipomatie est dynamique et changeante en fonction des réalités. Elle s’inspire du jeu dames, lequel oblige qu’à chaque piece déplacée suffisent des prix à payer.
Haïti s’est effectivement positionnée. Cette position à l’OEA, à notre humble avis, est certainement un paradoxe sensé et permissif, reposant sur deux éléments dominants: Le premier est celui lié au réalisme politique international qui soutient qu’en diplomatie les Etats sont sans état d’âme et n’ont que des intérêts. Et le second est celui lié au fait de compatir au sort d’un allié en raison d’une certaine redevance.
Se reférant au premier élément, Haiti s’est dit: Plus n’est prioritaire la question de programme baptisé pétrocaribe actoyant des prêts. Par conséquent, la dette envers le vénézuela est certe morale et financière, mais non plus urgente par rapport au devenir des dizaines de milliers de nos compatriotes en situation d’irrégularite en terre Etats-unisienne dont leur sort serait l’expulsion purement et simple par l’administration Trump au terme de leurs TPS. Qui plus est, la tendance d’unipolarité des Etats-Unis en Amérique n’est plus de rigeur à cause de l’expansion chinoise. Ce qui pourrait permettre aux américains de penser à un éventuel répositionnement géopolitique haïtien, tel fragiliserait la patience de l’administration Trump jusqu’à conduire à la sévérité américaine en termes de répliques. Donc, il faut jouer la carte de la prudence .
Et par le seconde élément, le pays s’est fait le devoir de ne pas camper, en fixant droit dans les yeux les vénezueliens, sa décision contre les valeurs historiques et morales qu’il partage depuis toujours avec la Republique Bolivarienne.
En réalité, Haïti a adopté une position de principe en gardant la neutralité.
Au final, nous devons admettre pour logique et éclairé le vote d’abstention d’Haiti à l’OEA car il reflète la décision d’un excellent équilibriste rationnel
Peu importe que cela soit mésinterprété ou mal vu par les américains, et plus encore les vénézueliens, des deux côtés nul ne peut prétendre attribuer à cette décision une tournure qui aurait prêter à équivoque. Sinon ce serait sans fondement, tel pourrait donner à Haiti le droit de qualifier de discriminatoires et non fondés tous jugements américains revêtus de mauvaise foi ou toutes reproches vénézueliennes à son encontre. Puisque, la position du juste milieu ne signifie en aucune manière une position en défaveur quiconque le pense au contraire.
Buder BRILLANT
Diplomatie et relations internationales
PAC/LOIH-FDSE

Les commentaires sont fermés.