The news is by your side.

Éditorial: Haïti et sa jeunesse se veulent et s’enlacent, puis s’en lassent et s’en veulent

0 141

La Jeunesse est le symbole de la force et de l’avenir, dit-on. À travers tout un cycle elle prend graduellement le relais. Elle lie le présent au futur en apportant du sang neuf. Grâce à la famille, l’école et l’église, celle-ci apprend à se connaître et à apprivoiser son environnement, à s’organiser et à cultiver le sens de l’intérêt collectif. De surcroît, par le biais de son implication communautaire et son dévouement elle se bat contre les inégalités sociales, l’insécurité et les sévices infligés aux groupes les plus marginalisés. Elle s’adonne au bien-être de son pays tout comme les lianes sont enlacées aux arbres. Néanmoins, du gloutonnement d’un nombre considérable de jeunes par la misère, de l’expectative dans laquelle vit la population depuis des décennies, de l’inaction qui caractérise la vie des jeunes et des multiples problèmes récurrents auxquels font face les citoyens va naître l’idée d’un chambardement total de l’ordre des choses. Alors, pour y parvenir, cette jeunesse a beaucoup à faire tenant compte du niveau de pourrissement de la situation. Toutefois, certains y voient un bon prétexte pour tout remettre en question et faire jouer toute sorte de ressorts à dessin de changer la donne. À l’inverse, d’autres pensent que prêter la main forte pour changer le statu quo est un vœu pieux dont l’unique moyen de l’affronter et de répondre est de partir coûte que coûte en quête d’un eldorado. 

La Jeunesse Haïtienne est entrain de jeûner. Et ce, involontairement. C’est une catégorie qui reste engoncée dans un schéma de vie attentatoire à sa propre dignité. Éducation au rabais, chômage aigu, insalubrité et précarités de toutes sortes caractérisent la vie du jeune Haïtien qui pourtant se veut être un fils sur qui le pays peut compter. Sans compter, l’insécurité sociale et alimentaire, elle est en proie contre diverses maladies vu que les politiques publiques progressistes en la matière sont en manque ou inexistantes. Outre cela, les jeunes sont des laissés-pour-compte et semblent ne pas encore trouvés la stratégie payante qu’exige la bataille. Pour preuve, cela remonte à plus d’une décennie depuis qu’un jeune pouvait aller au cinéma. Quid des nombreux jeunes qui sont pris dans le piège de l’insécurité malgré qu’ils sont bourrés de talents à exhiber et à peaufiner? Ceux qui ont réussi à s’en sortir ne sont pas nombreux. Et, que deviennent les clubs de lecture, d’écriture et de danse? Ils sont dysfonctionnels ou presque surtout ceux des zones où règnent le banditisme et l’instabilité multiforme. Conséquemment,le temps s’effrite et demain n’est tributaire que du hasard. Qui plus est, l’offre scolaire très réduite, le manque d’infrastructures sociales adaptées, la centralisation et la concentration des espaces assurant la transmission du savoir constituent un autre lot de tracas avec lesquels jonglent la jeunesse Haïtienne. Sans parler des problèmes liés à l’accès à l’eau potable, à l’Internet, aux soins de santé et à l’environnement. À bien des égards, c’est trop longtemps jeûner pour une partie de la population aussi résiliente. Ce qui fait, tant que des changements qui pourraient éveiller l’appétit de savoirs chez les plus jeunes et une volonté manifeste de tout changer ne voient pas le jour, la jeunesse trouvera une raison valable pour continuer à tourner le dos vers le pays. 

Naître d’un pays offrant la possibilité de grandir dans le respect et la dignité, est, de base, ce à quoi doit aspirer tout citoyen généralement quelconque. Vivre dans la paix et entrevoir un avenir avec des jours meilleurs que ceux du présent est le rêve que chérit la population juvénile. Ce faisant, le socle de l’édifice étant tellement costaud qu’il peut résister contre toutes éventuelles secousses qui peuvent le secouer voire tenter de l’anéantir. De là, les mœurs, les valeurs morales et l’identité culturelle acquise font de ce dernier un patriote aguerri et un citoyen écologiquement responsable apte à inculquer aux plus petits les leçons du civisme indispensables au renforcement du patriotisme. Du même coup, cette catégorie va se sentir impliquer dans le combat quotidien visant une nette amélioration des conditions de vie de la population et peut, grâce à un sursaut économique grimper plus de places vers d’autres classes sociales supérieure à la sienne. À bien comprendre, c’est un mariage dont l’unique témoin est une conscience limpide suffisamment bien bâtie que même le divorce n’oserait séduire. 

L’exode massif et en cascade depuis des décennies vers d’autres terres reste et demeure la décision salvatrice pour de nombreux jeunes contre la réalité socio-économique rocambolesque qui prévaut dans le pays. Ils sont les fils légitimes d’une famille qui a du mal jusqu’à présent à satisfaire mes ses besoins les plus élémentaires. Le pire, Haïti ne s’oppose pas à la fuite de ses  cerveaux. Et, d’un autre point de vue, malgré tout et contre tout,certains rejettent d’un revers de main toute idée d’abandonner voire de s’exiler. En définitive, rester pour changer en s’impliquant ou fuir pour s’échapper aux péripéties, n’est-elle pas une décision qui est munie d’une logique intrinsèquement bien choisie ?

Pierre Jocelyn Junior FORESTAL

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.