The news is by your side.

Éditorial : Les plaies ne feront que s'aggraver et Haïti est face à son destin

181

On chiffre à plus de 450,000 les cas détectés et plus de 20,000 décès liés au Covid-19, à travers le monde. À l’échelle nationale, les autorités parlent de 8 cas testés positifs au virus et plus d’une centaine de cas en observation. Il est plus qu’une évidence que la pandémie met à genoux presque tous les pays et surtout ceux qui se trouvent sur la liste des tops puissances économiques mondiales et qui sont en proie à de nombreux problèmes sanitaires tels est le cas pour ; la chine, l’Italie, l’Allemagne, la France . Cela plonge plusieurs observateurs à remettre en question le système sanitaire mondial que nul n’oserait traiter de défaillant ou moribond.
Le Covid-19 est le révélateur de toutes les crises vient en démasquant toutes les irrégularités, les inégalités, les injustices et toutes les hypocrisies, qui depuis toujours ont mené ce monde auxquelles les décideurs font face à leurs inconscience et ingérence. Le Covid-19 met à nu la précarité de ce fameux système de santé. Donc ,le voile est levé et à posteriori le travail s’annonce très corsé.
Toutes les couches privilégiées ou non ne seraient épargnées des dégâts que causeraient le Covid-19. Ceci montre que l’individualisme est loin d’être l’arme qu’il faut pour enrayer le virus et amoindrir d’éventuels risques de contamination. Le monde doit changer à tout prix de paradigme en mettant la collectivité en premier plan, en vue de finir aux inégalités sociales auxquelles confrontent les gens à travers la planète, en particulier dans les pays pauvres méritent une très grande attention et un réel soutien.
Le sort de la population haïtienne indubitablement ne sera pas scellé différemment compte tenu des tristes bilans enregistrés lors du passage des épidémies ayant frappé le payés notamment le choléra avec ses 10 000 perte en vies humaines. De toute façon, le spectre des éventuels dégâts fait déjà vraiment peur.
En 2010, les Nations-Unies nous ont offert le choléra contre lequel nous étions très impuissants. En 2020,nos hôpitaux sont pour la plupart dysfonctionnels et non équipés avec toutes sortes de crises; des grèves , des médecins sont toujours mal rémunérés et les autres personnels de santé se livrent à eux. La population à son tour peine chaque jour à se faire soigner et les facteurs caractérisant tous ceux-là sont issus de la mauvaise gouvernance, l’ingérence et l’absence de politiques publiques efficaces.
Les besoins en matière de santé crèvent les yeux et le budget alloué à ce secteur fut toujours de loin d’être ce qu’il faut pour relever les défis. Il n’était pas une priorité pour les gouvernements des 10 dernières années qui disposaient assez de moyens pour satisfaire la population, livrée encore à elle-même .Il y a un ensemble de questions que l’on devrait relancer sans prendre en considération les dictons qui viendront avec « Ce n’est pas le moment et quel serait le moment? Questionnements, voyez par vous-mêmes face à cette crise sanitaire qui s’émerge à petit pas chez nous et de l’autre côté quels héritages sanitaires que l’on a des millions volatilisés par un petit clic tous et toutes connus ? Aux vues et au sues de nous tous et toutes.
À rappeler, le Covid-19 fait rage encore dans des pays ayant sans l’ombre de doute des systèmes sanitaires plus efficaces que le nôtre. Donc qu’adviendra-t-il à nous, si le virus se répand dans nos quartiers précaires, nos bidonvilles, nos marchés publiques, ou encore nos zones difficiles d’accès et nos prisons? Quand on sait qu’au pénitencier national qu’ on dénombre plus de 3,000 détenus qui vivant dans des conditions infrahumaines. Tout compte fait, si vous hommes et femmes d’État ne prennent pas conscience de la gravité de la situation ,les choses pourraient tourner au pire.
Les hommes et les femmes d’État, l’histoire retiendra de vous ce que vous avez fait de ce pays à travers les pertes en vies humaines que vous perpétrées cautionnées. L’engouement acharné pour les 350 millions de gourdes pour le carnaval fut prioritaire en place de la préparation de notre le système sanitaire du pays à faire face au Covid-19.

Pierre Jocelyn Junior FORESTAL

Les commentaires sont fermés.