The news is by your side.

L’AHJI dénonce la lenteur de la justice dans le dossier du journaliste Diégo Charles

0 69

À l’occasion de la journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes, l’Association Haïtienne des Journalistes d’Investigation (AHJI) a profité pour dénoncer, dans un communiqué publié en date du mardi 2 novembre, la lenteur de la justice haïtienne dans le dossier du journaliste Diégo Charles tué avec la militante Netty, dans la nuit du 29 au 30 juin 2021, à Christ-Roi, à Port-au-Prince.

Communiqué de Presse de l’AHJI


Que cesse l’impunité pour le triomphe de la justice et la liberté de la presse !
L’Association Haïtienne des Journalistes d’Investigation (AHJI) demande à tous les acteurs concernés de travailler afin que cesse l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes haïtiens. L’AHJI se sent indignée devant la lenteur de la justice haïtienne face à l’assassinat de l’un de ses membres fondateurs, le journaliste Diego Charles, dans la nuit du 29 au 30 juin 2021, à Christ-Roi, à Port-au-Prince.


Delmas, le mardi 2 novembre 2021.- À l’occasion de la journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes, l’Association Haïtienne des Journalistes d’Investigation (AHJI) s’interroge sur la lenteur de la justice haïtienne dans le dossier de l’assassinat du journaliste d’investigation Diego Charles, membre fondateur de l’AHJI.
Notre confrère a été lâchement tué par balles devant sa résidence, à la rue Acacia, Christ- Roi, (Port-au-Prince) dans la nuit du 29 au 30 juin 2021 en compagnie de la militante politique Marie Antoinette Duclair.


L’AHJI regrette qu’après plus de 4 mois de ce double meurtre, le dossier n’avance toujours pas au niveau de la justice haïtienne alors que les assassins courent encore les rues en toute impunité. Après plus de 4 mois, aucune arrestation n’a été effectuée et le nom du juge devant instruire l’affaire n’est pas connu.


De ce fait, l’AHJI s’adresse aux autorités compétentes du tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, pour leur demander de désigner au plus vite un juge d’instruction devant conduire l’enquête autour de ce double crime crapuleux afin que les auteurs, les commanditaires et les exécutants soient traduits par devant la justice et soient condamnés pour leur acte.


Il est tant de mettre fin à cette impunité qui gangrène la société et en particulier le système judiciaire haïtien. Bon nombre de journalistes sont assassinés, persécutés et menacés dans le cadre de leur travail. Les enquêtes restent sans suite et aucun procès n’est jamais réalisé. Ce qui donne aux ennemis de la liberté de la presse, aux assassins des journalistes, un sentiment d’être des intouchables, des inattaquables.

Outre l’assassinat de Diego Charles, l’AHJI dénonce les menaces dont font l’objet plusieurs de ses membres. Ce qui a poussé certains à se mettre à couvert ou à laisser le pays.
Ce règne d’impunité qui s’associe à l’insécurité généralisée que connait le pays ces derniers temps, tend à fragiliser le travail des journalistes et constitue un obstacle majeur à l’investigation journalistique.


Par conséquent, l’Association Haïtienne des Journalistes d’Investigation croit qu’il est impératif à ce que les autorités assument leurs responsabilités en créant un cadre favorable où les travailleurs de la presse puissent fonctionner en toute quiétude.


Il faut mettre fin à l’impunité pour le triomphe de la justice et la liberté de la presse !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.