The news is by your side.

Montée de l’insécurité dans le pays, l’INOHA demande aux autorités de freiner la machine infernale des crimes

171

Dans une note de presse parue ce 14 septembre 2020, portant la signature de Gamanuel BRUTUS, responsable de Communication et Jean Daniel LAURORE Directeur Exécutif de ‘l’Institut National d’Observation d’Haïti, dit condamné avec la plus grande fermeté la montée aggravante de l’insécurité sur le territoire national ces derniers jours.

«Dans l’espace de deux semaines environs, le pays enregistre un nombre incalculable d’assassinats dans la capitale, et dans certaines villes de provinces. A titre d’exemple : les assassinats lâches et crapuleux dans la journée du 27 Août des sieurs Jean Wilner dit Bobo, Homme d’affaires,  propriétaire de Café Créole; Michel Saieh, Homme d’affaires et responsable de Piyay Market; Frantz Adrien Bony, journaliste de la RTVC; et le triste assassinat de Maitre Monferrier Dorval dans la nuit du 28 Août, Professeur d’Université, Bâtonnier de l’Ordre des Avocats de Port-au-Prince,» Constate   l’institut d’observation d’Haiti dans cette note. 

L’INOHA, condamne une panoplie de dérives comme: «la situation de terreur dans la zone de Bel-Air dans la journée du 31 Août où on enregistre, l’incendie de plusieurs maisonnettes, l’assassinat de l’Agent du Corps d’Intervention et de Maintien d’Ordre (CIMO) dans la soirée du 2 septembre à Bel-Air, l’assassinat du Policier Khadafi Saphir, inspecteur-instructeur le 3 septembre à Leogâne; y compris  trouble suivie d’assassinats sur des habitants  de Butte-Boyer, Croix-des-Missions, le samedi 5 septembre, et le crime horrible par préméditation de l’étudiant mémorant à la faculté d’Agronomie Mical Samul  etc…» poursuit la note.

Selon les signataires de cette note, le gouvernement haïtien doit faire preuve de responsabilité afin de freiner la machine infernale et les crimes en mettant des matériels en quantité suffisante à la disposition de la Police Nationale d’Haïti; pour  Contrôler les points frontaliers officiels et non-officiels; Mettre une surveillance qualitative sur les douanes; Et désarmer les groupes armés. Et invite les policiers à faire preuve de respect des droits humains en protégeant les manifestants, ainsi, la paix, la sécurité régnera dans le pays.

La Brève Info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.