The news is by your side.

Culture: “Operasyon zakatay,” le tout nouveau tube de BIC

0 137

Sorti, ce dimanch 28 mars 2021″ Operasyon zakatay est le titre de la nouvelle musique de Roosvelt Saillant connu sous le sobriquet de BIC. Dans ce nouveau morceau, il denonce les mauvais traitements que les policiers subissent et fait le point sur l’opération de village de dieu, du vendredi 12 mars 2021,où plusieurs policiers ont été victimes.

Dans cette composition BIC a mis en scène un enfant que ses parents ont mis à l’école. Mais cet enfant s’oppose à l’injustice, il voulait proteger les autres. C’est pour cela à chaque fois qu’il régarde la télévision, il voit toujours en lui un acteur qui fait face avec les bandits, c’est assurement une façon pour Tizon dife decrire une personne qui veut devenir policier. 

L’homme de plume continue pour parler de la création de la Police Nationale d’Haïti (PNH) dans l’année 1995. C’est le moment idéal de concrétiser le rêve que l’enfant caressait, où il allait fermer à l’école de la police Nationale pour suivre des formation. “M fè pouchòp ,m fè bibit, m fè bouda ponyèt” ce sont des expressions que l’artiste utilise pour expliquer tout le pacours d’un policier. Il poursuit pour dire que rien ne peut empêcher la motivation d’un enfant dont ses parents ont des bourses legères. 

Après tout ce pacours c’est tout une fièreté pour les parents et les amis, ainsi même le policier de le voir avec l’uniforme dit-il.

Dans ce morceau Roosvelt Saillant fait une petite histoire sur la PNH qui a pour devise proteger et servir, “djòb polis se djòb sèkèy” c’est pour dire que depuis, le mois de juin 1995, que la PNH ne cesse pas de faire des deuils. Il rappelle pour dire que c’est le 8 juillet 1996 que l’unité SWAT a été formé soit deuxième unité specialisé après CIMO. BIC poursuit pour dire que CIMO a été formé avec la huitième promotion en fevrier 1996.

Le parolier fait aussi le point sur des policiers qui subissent des mauvais traitements, mais qui s’engagent toujours dans leurs missions. Il met accent aussi sur les bandits qui sont plus bien équipés que les policiers, ce qui a causé souvent leur mort. L’artiste continue pour dire que la vie d’un policier n’est pas facile. “Bous nou lejè, zam nou lou” Roosvelt utilise ce lyrique pour expliquer que souvent de fois les bourses des policiers sont vides, mais ils ont obligé de tenir leur  arme. Il poursuit pour dire, une personne qui a toujours sa bourse plate, qui porte des armes et qui garde toujours sa conviction est quelq’un qu’on doit féliciter.

Roosvelt Saillant, qui souvent alertant face aux phénomènes qui rongent notre société.Il utilise des bandes sonores où des policiers crient en demandant renfort lors du drame du 12 mars 2021 et aussi desesperer. Où l’un d’entre eux pleure en disant qu’il prefère de se suicider au lieu de laisser un bandit de le faire. 

A travers cette chanson, BIC interpelle les politiciens qui distribuent des armes dans les quartiers populaires . Mais contruire de preference un pays pour tout le monde.

Fabiola Fanfan 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.